Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/07/2006

pour les 3 ans de Carla, ma petite- fille

Demeure au fond du cœur une enfant éternelle
Toujours à la recherche de sensations nouvelles.
Rends grâce à tes parents, sois digne de leur amour,
Fais qu'ils soient fiers de toi, et cela pour toujours.

Apprends avec la tête, mais surtout par le cœur.
Transmets, transmets toujours, à tes frères et sœurs
Tout le sens positif d'une vie de gente dame
Qui saura cultiver une saine grandeur d'âme.

Plutôt que spectatrice, de ta vie sois actrice.
Evite de céder à tous les bas caprices
Mais tâche de t'engager, forte comme un rocher,
Dans les plus excitants, passionnants des projets.

Partage ce que tu aimes avec ceux que tu aimes,
Sans aucun bas calcul ni sombre stratagème.
Apprend l'art de faillir, cultive celui d'oser
Et garde-toi en tout du risque d'abuser.

Adopte sans répit un grand sens de l'humour
Et fais-t'en une loi tout au long du parcours
D'une vie où toujours, sans te prendre au sérieux
Tu développeras un naturel curieux.

Lis, écris, voyage, va de par le monde,
Emplis-toi des bienfaits qui se trouvent à la ronde
Et fais-en profiter, par générosité
La famille qu'entre-temps tu auras su créer.

Penche-toi sur les arts, cultive ton esprit.
De toute connaissance aiguise ton appétit.
Hâte-toi lentement de devenir toi-même
Pour t'offrir en présent à tous ceux que tu aimes.

18:23 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : poésie

13/07/2006

interview sur l'outplacement

Je viens d'être interviewé par un journal et il me semble intéressant de reproduire, ici, cette interview.

Question : Vous êtes un conseil en gestion des ressources humaines. Que regroupe ce qualificatif ?
Florian MANTIONE: Nous intervenons sur tout ce qui concerne l’homme dans l’entreprise : recrutement, formation, audit humain et social, bilan de compétences, out placement

Q : Comment pouvez-vous définir l’Out placement ?
F.M. : C’est l’assistance extérieure offerte par une entreprise aux salaries dont le contrat de travail va être rompu. Mais le terme du « Conseil en Réinsertion Professionnelle » me semble plus exact dans la mesure où le conseil extérieur ne place pas les salariés mais les aide à retrouver une nouvelle situation.

Q : Quand une entreprise fait elle appel à vous ?
F.M. : Dans l’Out placement individuel, cette mission est menée dans les entreprises où il est préférable de trouver une solution efficace au départ d’un cadre plutôt que des tensions persistantes, une « mise au placard » coûteuse pour l’employeur et mal venue pour le salarié dont l’évolution professionnelle est interrompue ; cette « fausse solution » est un véritable gâchis de compétences.
Dans l’Out placement collectif, il s’agit de mesures d’accompagnement d’un plan social dû à une restructuration et concerne aussi bien les cadres que les non cadres. C’est ainsi que nous nous sommes occupés de 150 salariés d’IBM en 1993-94 et que nous out plaçons actuellement les 19 salariés de SYNOPSYS, une SSII filiale d’un groupe américain.

Q : C’est la pilule pour faire passer le licenciement ?
F.M. : Non c’est plutôt la solution performante et non ingrate d’aider les salariés à retrouver plus rapidement un emploi.

Q : En quoi consiste exactement la procédure d’Out placement ?
F.M. : La méthodologie utilisée est très rigoureuse et se déroule en 5 étapes.
Il y a tout d’abord un bilan personnel et professionnel (ce que je suis, ce que je sais faire, ce que je voudrais) réalisé grâce à des entretiens, une batterie de tests psychotechniques, une analyse graphologique, et du travail personnel.
Ensuite, on met au point un projet professionnel en terme de fonction, de responsabilité, de secteur d’activité, d’entreprise, de salaire, de lieu…Souvent, nous élargissons les pistes de recherches des salariés. Ils possèdent des potentialités qu’ils ne soupçonnaient pas. ! .

Q : D’accord, vous aidez à mieux se connaître et mieux se positionner, mais s’il n’y a pas d’emploi, ils resteront chômeurs.
F.M. : Non c’est faux de dire qu’il n’y a plus de recrutement ; sachez que le Languedoc Roussillon est une région qui voit sa population active s’accroître plus vite que que la moyenne nationale.
Cela veut dire qu’il faut avoir une véritable stratégie de recherche.
C’est notre troisième étape : savoir chercher là où l’on embauche. Et comme les salariés doivent être meilleurs que les autres candidats, il faut les former à être meilleurs. Dans notre quatrième étape, nous les aidons à réaliser un meilleur CV et une lettre de motivation personnalisée, nous les entraînons aux différentes facettes d’un entretien de recrutement par des simulations magnétoscopées. Le résultat est remarquable !

Q : Comment suiviez-vous vos Out placés ?
F.M. : C’est notre cinquième étape. Des bilans périodiques sont prévus ; aussi bien individuels que collectifs car le groupe aide beaucoup dans la recherche. Et puis, nous avons une super garantie. Notre mission ne s’achève qu’à la confirmation du salarié dans ses nouvelles fonctions.

Q : Et dans la région, comment réagissent les chefs d’entreprise ?
F.M. : Bien, dans la mesure où ils sont de plus en plus nombreux à nous faire confiance. En fait, l’out placement est maintenant considéré comme un nouvel outil de management !

16:00 Publié dans Management | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Management

10/07/2006

Le manager, la compétition et l'émulation

Notre système libéral est basé sur une idée forte : grâce à la concurrence, ne demeurent que les plus forts.
Et notre éducation, notre formation, nos projets s’appuient sur cette même idée forte : sois le premier mon fils, sois le meilleur, gagne. Gagne des bons points, une bonne note, une promotion, une augmentation, une médaille en chocolat … la légion d’honneur.
La notion de concours illustre bien notre système et tout le monde l’accepte comme une évidence. Y compris les éliminés, les laissés pour compte.

Et si l’on s’interrogeait sur les ravages que produit ce système ?
Et si l’on s’interrogeait sur le gâchis, sur la démotivation, sur l’abandon, sur les démissions.

Dans l’entreprise, notre système produit une société en miniature et les effets sont augmentés.
Le stress lié à la peur de mal faire, à la peur d’être éliminé, peut paralyser certains salariés…
Les blessures narcissiques, apparaissant en comparant les résultats avec les objectifs, peuvent devenir des plaies béantes…

Le rôle du manager est de bien expliquer la différence entre la compétition et l’émulation.

Dans une compétition il n’y a qu’un vainqueur. Et il est hors de question d’introduire une quelconque compétition entre différents salariés, qu’ils soient commerciaux, productifs ou chauffeurs-livreurs.
La compétition existe entre entreprises et il faut que notre entreprise soit meilleure que les autres, ou tout au moins, fasse partie des meilleurs.

En revanche, au sein de l’entreprise, doit exister un sentiment d’émulation, ce sentiment qui pousse à faire aussi bien ou mieux que les autres.
Et c’est au manager à entretenir cette notion de surpassement, car en interne, il vaut mieux se surpasser que dépasser les autres.
A la photo du manager du mois chez Mac Do, nous préférons les chiffres mensuels du restaurant (traduisant le travail d’une équipe) comparés à ceux du Quick le plus proche. Nous préférons améliorer les contributions de chaque co-équipier plutôt que de privilégier le maillon fort… ou de focaliser sur le maillon faible.
Si la compétition valorise l’individuel, l’émulation favorise le collectif par le surpassement individuel.
L’émulation doit donc aider à grandir et ainsi 1+1 fera 3 . Alors l’entreprise toute entière gagnera …