Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/07/2007

La philosophie comme remède au chômage

Avez-vous lu le livre de Jean-Louis CIANNI « la philosophie comme remède au chômage » ?
C’est un livre remarquable qui m’a donné une leçon d’optimisme et réconcilié avec la philosophie.
C’est une leçon d’optimisme, car JL Cianni qui a été directeur de la communication chez Air Littoral, s’est retrouvé sans emploi durant deux ans croyant rebondir rapidement.
Devant cette « mort sociale » puisque c’est l’expression qu’il emploie, il s’est plongé dans la lecture des philosophes pour comprendre leur posture face à la mort. C’est le résultat de cette longue quête qu’il nous livre dans un style littéraire maîtrisé et très agréable à lire. C’est à sa renaissance que nous assistons, ayant puisé la force nécessaire pour se relever.
Il m’a réconcilié avec la philosophie car il m’a fait comprendre à quoi pouvait servir la philosophie. La démonstration est très convaincante et nous fait redécouvrir Socrate, Pythagore, Diogène, Epicure, Pyrrhon, Sénèque, Saint Augustin, Schopenhauer, Abélard, Montaigne, Heidegger et Diderot. Il nous les rend accessible, proche de nous, ayant les mêmes préoccupations que nous.
Il m’a donné l’envie de me replonger dans mes manuels et j’ai acheté « La philosophie à l’usage des nuls » qui fait actuellement mes délices.
Un bon conseil : passez un excellent été en sa compagnie. C’est édité chez Albin Michel et cela coûte 15 euros.

Commentaires

Entièrement d'accord avec vous ! Le livre de Cianni est absoluement renversant... Je révoyais d'ailleurs d'en faire une brève sur mons site !
Bravo pour votre site très enrichissant

Écrit par : RMS | 25/07/2007

Il me plaît que ce soit sur le blog d’un expert en Ressources Humaines que ce livre soit cité. Le faire témoigne de votre souci de l’humain. Il prouve également votre sensibilité. Il atteste enfin de votre compréhension du marché du travail, de sa santé autant que des blessures et des handicaps qu’il engendre. Vous au moins, vous ne vous voilez pas la face devant la "petite mort sociale". Car enfin, oui ! Répétons-le : Ce livre aide à tenir debout parce que la philosophie aide à tenir en vie. Plus qu'un remède au chômage, il est un fortifiant pour l’esprit et un calmant pour l’âme. Ainsi, parce qu’il prend Epicure au pied de la lettre, l’auteur va s’occuper de sa propre guérison ; autrement dit de la nôtre, les choses les plus personnelles étant les plus universelles. D’autres piqûres de rappel vont être bénéfiques à cet ancien étudiant de « l’amour de la sagesse ». Il fait donc appel aux grands médecins de l’esprit ; Sénèque le conseille sur sa conscience et Montaigne lui recommande l’estime de soi. Ragaillardi, il consulte d’autres éminents docteurs : Schopenhauer lui radiographie la douleur de perdre des amis, Spinoza lui diagnostique tristesse et joie. Et parce qu’une convalescence prend du temps, il converse avec Saint Augustin qui en sait long sur le sujet. Et maints autres chers carabins de se pencher au chevet du malade. De fait, si l’Ex DirCom de Air Littoral s’envole, il ne plane jamais. Mieux encore qu’une thérapie, c’est une cure de jouvence qui nous rappelle que les anciens avaient raison et Jean-Louis Cianni avec eux de nous les convoquer en blouse blanche. En chœur, ils préconisent que la philosophie ne sert à rien, sauf à continuer de vivre malgré tout. Telle est leur ordonnance. Est-il plus salutaire médecine ? Reste que le véritable remède contre le chômage serait, peut-être, « qu’il n’y ait plus de travail pour personne, mais pour chacun une place dans la société » selon l’utopie d’Albert Jacquard exprimée dans Petite Philosophie à l’usage des non-philosophes, bouquin recommandable à la suite de « La Philosophie comme remède au chômage » pour continuer d’avancer sur le chemin de soi, d’autrui, du bonheur.

Écrit par : LEFEBVRE Thierry | 26/07/2007

Les commentaires sont fermés.