Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/12/2008

Connaissez-vous Guilhem d’Aragon ?

Guilhem d’Aragon est le créateur de la Trans Meta Peinture.

C’est un artiste peintre qui vit et travaille à Paris et Montpellier.

Docteur en médecine, gastroentérologue de profession, il est devenu peintre en fréquentant l’Ecole des Beaux Arts de Montpellier, les Ateliers des Beaux Arts de Paris, l’Ecole du Louvre à Paris et en suivant les Séminaires de l’Ecole des Hautes Etudes de Sciences Sociales.

Sa peinture est à son image, empreinte d’humanisme, de curiosité intellectuelle, d’éclectisme.

Du reste il ne peint pas. Il vit sa toile, il dévore sa toile, il devient sa toile, il fait corps avec sa toile.

Sa peinture est un festival de couleurs, de symbolisme, d’idées, de forces, d’expressions. Il suffit de l’entendre parler de ses toiles pour comprendre que le pinceau est sa parole, que les couleurs sont ses consonnes, que sa palette est le support de ses voyelles et que le cadre représente son terrain de communication.

Et comme sa passion est la Multidisciplinarité, il était évident qu’il ne pouvait qu’être le créateur du Mouvement qu’il a baptisé la Trans Meta Peinture.

C’est parce que la peinture devient le langage de la représentation où se projettent les sciences humaines, qu’il la qualifie de Meta Peinture.

C’est parce que le besoin de spiritualité fait émerger des Transcendances propres à chaque groupe humain, qu’il la qualifie de Trans Peinture.

C’est parce que Guilhem d’Aragon fait la synthèse entre l’immanence et la transcendance, entre la peinture support d’une tendance et la peinture support de toutes les tendances, qu’il crée la TRANS META PEINTURE, hommage à l’humanisme, à la science et aux lettres.

Si ses modèles sont aussi bien les Maîtres de la Renaissance, que Rembrandt, Delacroix, Picasso, Nicolas de Stael et Zao Wu Ki, nulle doute que de nombreux jeunes peintres s’inspireront de lui très bientôt. On n’arrête pas un courant, on n’arrête pas une école, on n’arrête pas la vie.