Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/02/2009

La triple vie de Pierre MENARD

J’ai découvert Pierre MENARD il y a un mois, en assistant, à l’Auditorium du Musée Fabre de Montpellier, à la présentation du livre de Michel LAFON « Une vie de Pierre MENARD », paru aux éditions Gallimard.

Michel LAFON, natif de Montpellier et fils d’Andrée LAFON, psychologue reconnue et auteure de plusieurs livres, est un brillant universitaire (agrégé et docteur d’Etat), grand spécialiste de la littérature argentine, et plus particulièrement de Borges.

S’inspirant d’une nouvelle de Borges intitulée « Pierre Ménard, auteur du Quichotte » et figurant dans son célèbre ouvrage « Fictions », Michel LAFON nous fait revivre Ménard à Montpellier et dans ses environs.

Lors de la présentation de ce livre, j’ai assisté à ce que je pourrais appeler un coup de théâtre : au cours du jeu des questions-réponses qui a suivi le brillant échange entre François-Bernard Michel, professeur de médecine, écrivain et membre de l’Académie des Beaux-Arts, et Michel LAFON, un homme s’est levé pour dire : « Bonsoir, je m’appelle René VENTURA, je suis architecte nîmois et je viens d’écrire un livre qui sortira d’ici une semaine et qui s’intitule « La vraie vie de Pierre Ménard »… Inutile de vous exprimer le choc que j’ai ressenti !

Puis un autre homme s’est levé et a affirmé qu’il s’appelait Ménard, et qu’il était le descendant de ce fameux Pierre Ménard…

Puis une femme s’est levée et a dit : « Savez-vous qu’il existe une rue Pierre Ménard à Montpellier ? »

J’ai, bien sûr, acheté le livre de Michel LAFON que j’ai dévoré en quelques heures.

Je me suis fait prêter le livre de Borges « Fictions » dans la collection Folio où figure, de la page 63 à la page 74, la fameuse nouvelle.

Puis j’ai attendu quelques jours pour lire le livre de René VENTURA offert par l’auteur lui-même au cours d’un repas.

Et alors, me direz-vous ?

Eh bien, tout ceci me rend perplexe, car le réel le dispute à l’imaginaire, car la poésie et la divagation littéraire s’imbriquent habilement avec des dates, des chiffres, des faits précis.

Pierre Ménard a-t-il existé ? Bien malin celui qui saura répondre à cette question, même si les trois ouvrages apportent de nombreuses précisions, même si René VENTURA nous présente la couverture du livre du Dr. Pierre Ménard intitulé « La page d’écriture » et nous relate sa rencontre avec la famille Ménard…


En fait, j’ai découvert deux amoureux de leur ville :

- Michel LAFON nous fait redécouvrir Montpellier en nous proposant un parcours original autour de trois jardins : le Jardin des Plantes, le Jardin du Peyrou et l’Esplanade.
- René VENTURA nous fait redécouvrir Nîmes et sa région : le Pont du Gard, l’Amphithéâtre, la Maison Carrée… Il nous explique même l’origine de la préparation de la brandade de morue dans une ville qui n’est pas un port de pêche, l’origine de la dénomination de la Maison Carrée…

Ceci dit, il s’agit d’un exercice littéraire original qui transforme le lecteur en érudit, lui faisant rencontrer, au détour d’une page, Paul Valéry, André Gide ou l’abbé Saulnière, Sigmund Freud, Thomas Jefferson ou Raymond Lulle.

Michel LAFON nous offre une écriture maîtrisée et poétique, tandis que René VENTURA nous transforme en Sherlock Homes résolvant une énigme qui a pour origine l’imagination féconde de JL Borges.

Trois auteurs en quête d’un même personnage, Pierre Ménard, trois auteurs à mettre entre toutes les mains.

A bons lecteurs, salut !

Commentaires

Cher ami, ton article m'a bien plu. Quant aux commentaires, cela a déjà été fait. A très bientôt j'espère. Bien amicalement, HJR.

Écrit par : Hatim JAÏBI-RICCARDI | 17/02/2009

Je connais un certain Robert Ménard, Montpelliérain d'origine, je crois, qui fut encore il y a peu de temps le chantre de la liberté des journalistes, fondateur et secrétaire général de RSF "Reporters sans frontières". Il a, l'été dernier, fait virer au vert les descendant de l'auteur du petit livre rouge, ceux qui habitent autour du fleuve jaune, à propos d'une province où un autre reporter, Tintin dit y avoir rencontré le Yéti.
:-)

Écrit par : Dominic D. | 17/02/2009

J'ai connu Robert Ménard quand il était journaliste à France Bleu Hérault. Il m'a même interviewé. Mais, je crois qu'il existe un grand nombre de Ménard dans la région. Est-ce la raison pour laquelle Borges a choisi ce nom. Nul ne le saura...

Écrit par : Florian MANTIONE | 17/02/2009

Cher monsieur Mantione,
Vous ne me connaissez pas, pourtant je suis tombée sur votre blog (un de vos amis proches me l'a indiqué).
Je vous félicite pour l'éloquence de votre article, ainsi que pour votre créativité au niveau de la présentation de cet évènement, sans doute beaucoup plus intéressant pour un habitant de la région! Résidente de Sofia, Bulgarie, j'ai apprécié votre recit surtout pour son originalité et le fin sens d'humour!
Je voudrais, pourtant, vous faire remarquer que vous avez omis une petite faute vers la fin, et personne ne s'en est pas encore rendu compte...
Il s'agit de: "Michel LAFON nous offre une écriture maîtrisée et poétique, tandis que Michel LAFON nous transforme en Sherlock Homes résolvant une énigme qui a pour origine l’imagination féconde de JL Borges." Sinon, une belle tournure de phrase!
J'espère que ma remarque ne vous paraîtra pas trop insolente!

Bonne continuation!

Bien à vous,

Galina

Écrit par : Galina Staykova | 17/02/2009

Mea culpa,
Vous avez entièrement raison: c'est, bien sûr, René VENTURA qui nous transforme en Sherlock Holmes...
Je rectifie de suite.
Merci pour votre réaction.

Écrit par : Florian MANTIONE | 18/02/2009

La question de l'existence de Pierre Ménard n'a aucun sens. Pas plus que celle du miroir. Elle est d'ailleurs d'une vulgarité incalculable. Borges savait bien qu'il y a un mystère Cervantes, ou plutôt un mystère du Quichotte. La vraie question de Ménard, c'est le Quichotte. Mais comment le dire ? Et comment le redire aujourd'hui ?
C'était pourtant clair : « […] la vérité, dont la mère est l’histoire, émule du temps, dépôt des actions, témoin du passé, […] ».
Alors ? Comment Cervantes, cet "ignorant", a-t-il pu en arriver là ? Mais vraiment, aujourd'hui, ça vaut le coup de se reposer la question : d'où vient cette idée (ou s'agit-il d'un FAIT ?), de la relation filiale de la vérité et de l'histoire ? Vous n'avez pas une petite idée ? C'est tellement stupéfiant, comme il disait, qu'on n'y fait plus attention.
Il y a un début de réponse dans la captivité de Cervantes.

Écrit par : Porteur | 27/04/2009

Je suis la petite-fille du Dr Pierre Menard, auteur de "la page d'écriture", de "L'Ecriture et le Subconscient" et de "L'Art de vivre paisiblement".
Sa famille est, originaire du Midi et je descends en ligne directe de Boissier de Sauvages "le Grand Sauvages" dont le buste peut se voir au jardi n botanique de Montpellier?

Écrit par : girard monique Mme | 09/06/2010

petite-fille du dr Pierre Menard, grand-père très aimé avait lequel j'ai vécu une partie de mon enfance, j'avoue être très surprise et pas très contente de trouver toutes ces divagations autour de sa vie...

Écrit par : artaud | 10/06/2011

Petite fille du docteur Pierre Menard, je dois dire qu'on ne peut raconter n'importe quoi sur mon grand-père. Sa fille est toujours vivante.

Écrit par : daniel-travaillard odile | 12/06/2011

Bonjour,
Tout est parti du livre de Borges « Fictions » où figure la fameuse nouvelle citant Pierre MENARD.
Faut il en vouloir à l'écrivain? Je ne le crois pas.
Faut il en vouloir à Michel LAFON et René VENTURA pour leur imagination littéraire? je ne le crois pas, non plus.
Votre grand-père est il diffamé. certainement pas.
Il s'agit d'une coïncidence...
Ma petite fille se prénomme Carla et elle n'en veut pas à Sarkozy d'avoir popularisé son prénom...

Écrit par : Florian MANTIONE | 15/06/2011

Les commentaires sont fermés.