Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/06/2015

L'outplacement, pour bien rebondir

Le contrat de travail qui vous lie à votre salarié ou à votre entreprise va être rompu. Plan social ou départ volontaire, le retour sur le marché de l’emploi est imminent. L’outplacement (reclassement) est fait pour vous y préparer. Explications avec Géraldine Valero, Responsable du Département Bilans de Compétences et Outplacement et Bérengère Douyère, consultante au sein du Florian Mantione Institut.


 

 Qui peut bénéficier d’un Outplacement ?

Géraldine Valero : L’outplacement est l’assistance extérieure offerte par un employeur à un salarié dont il se sépare. Si cette mesure est obligatoire pour les entreprises de plus de 50 salariés qui doivent faire face à plan social visant plus de 10 salariés, elle ne l’est pas dans les autres cas de figure. Par contre, elle peut se négocier au moment de la rupture du contrat et est à charge de l’entreprise.

Bérengère Douyère : On constate toutefois une plus forte proportion de cadres bénéficiaires de ce dispositif. Cela s’explique peut-être par la plus grande mobilité que suppose ce statut.

 

Quel intérêt pour une entreprise ?

G.V: C’est un gage de reconnaissance qui vient solder une collaboration professionnelle certes achevée, mais satisfaisante. Cela permet de terminer une collaboration sur une touche positive et de soigner par l’intermédiaire de son futur ex-salarié l’image de marque de son entreprise.

B.D: …Sans compter le message envoyé aux salariés restant, qui observent toujours comment d’un coin de l’œil comment réagit leur hiérarchie lors de la séparation. Et puis, comme une rupture ne se fait pas toujours à l’amiable, négocier un processus de reclassement, c’est consentir à un compromis qui permet d’apaiser la situation…

 

Et d’éviter un prud’homme ?

(en chœur) Oui aussi, parfois !

 

 En quoi cela consiste-t-il exactement ?

G.V: C’est un accompagnement personnalisé et approfondi, par des professionnels qui connaissent les dispositifs mais aussi le marché du travail, les entreprises, la valeur d’un professionnel. Pour encadrer efficacement, notre plaçons l’écoute au centre de la démarche.

B.D : Notre objectif, c’est d’engendrer le rebond. Cela commence par une question simple : de quoi avez-vous envie à présent ? Quel est l’élément primordial et prioritaire que votre future entreprise devra garantir pour que vous puissiez vous y épanouir ? C’est également un bilan sur le parcours réalisé (compétences et connaissances acquises, axes d’amélioration). Ainsi, le rapprochement des compétences et des motivations, associées aux opportunités et contraintes du marché vont permettre de définir un (nouveau) projet professionnel. Démarre ensuite une phase action afin de mettre en œuvre ce projet, à travers des ateliers individuels et collectifs (CV, lettre de motivation, entretien d’embauche…), mais aussi par la mise en relation avec d’autres professionnels, des organismes de formation, V.A.E… et bien sûr les premières candidatures… La dernière phase est essentiellement une phase de suivi qui permet de garder une dynamique dans la recherche, la préparation et le débriefing de ces candidatures.

 

Vu les chiffres du chômage en région, on risque la douche froide !

G.V: Préparer son avenir impose de se confronter à la réalité. Oui, parfois c’est la douche froide pour certains. L’incertitude et l’attente de réponses sont souvent anxiogènes. Se remettre en question et s’apercevoir que l’emploi ne vient pas à vous mais de vous, c’est toujours difficile à accepter. Mais c’est là que la phase d’outplacement prend toute sa valeur.

B.D : Je précise aussi que de l’emploi, il y en a dans toute la France. Cela renvoie à la question de mobilité…

 

Comment demander un outplacement ?

 

Lors d’un entretien d’évaluation final ou dans la négociation d’une rupture de contrat, évoquez votre sentiment de plafonnement au sein de l’entreprise à laquelle vous êtes pourtant attaché. Insistez sur la contre-productivité d’un salarié conservé contre son gré  et engagez-vous, par exemple, à aller au bout de votre mission avec professionnalisme, voire à assurer la transition avec votre remplaçant.

09:42 Publié dans Management | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.